Réflexion underground

Bon, il y avait longtemps que je préparais ce petit coup de gueule, donc là ça y est on y va. Je vais aborder un sujet dont on ne parle pas suffisamment : la poésie dans le métro à Paris…

Vous savez dans certaines rames, les encarts publicitaires sont libérés de l’esclavage commercial pour trouver une seconde vie et accueillir des morceaux choisis de poésie. Jusqu’ici tout va bien : quelle joie de voir qu’il est possible de lutter contre un monde de profit pour laisser la place à l’inspiration et à la rêverie. Sauf que ce serait trop beau. Et on se demande si l’agence de communication n’a pas reçu le brief à l’envers. Au lieu de faire en sorte que ces mots invitent à la réflexion, à s’élever vers le haut, à nous faire rêver, et bien c’est tout le contraire. Comme si les gens ne tiraient pas assez la tronche dans le métro, il fallait en rajouter. Donc alors que vous voyagez tranquillement, vous êtes souvent agressés par des vers nostalgiques, noirs, mélancoliques… Des vers qui vous enfoncent, vous faisant perdre l’espoir d’un amour possible et vous laissant dans un sentiment d’amertume, d’insatisfaction, d’isolement et de désolation. Donc à la rigueur je regrette presque les pubs qui elles au moins me font sourire et mettent de bonne humeur.

Certains diront que c’est plutôt positif car cela prouve que la RATP considère que les usagers ont une vie intérieure et spirituelle et qu’elle s’en préoccupe, merveilleux, ce qui est très LSD. Mais si c’est pour nous plomber le moral, ce n’est peut-être pas nécessaire, et il y a peut-être d’autres priorités. Je me dis que l’argent pourrait être investi par exemple dans les escalators. Lorsque vous arrivez Gare d’Austerlitz, je pense que cela vous serait plus utile avec votre valise de 25 kg plutôt que d’apprendre qu’un poète anonyme a rangé le soleil dans sa bibliothèque. Il me semble aussi que faire des efforts pour les personnes handicapées en multipliant les ascenseurs, pourrait également être une priorité de la RATP…. On aurait un métro impeccable et propre, pourquoi ne pas se lancer dans ce type de projet mais là non….

Donc si on veut vraiment se servir de ces espaces pour quelque chose, il faut déjà définir l’objectif : si c’est rendre les gens un peu plus malheureux, c’est clair autant arrêter tout de suite. Mais si l’objectif est de rendre plus humain le métro, d’apporter du sourire, de la bonne humeur alors il faut revoir totalement la sélection des poèmes : pourquoi ne pas tout simplement publier des maximes, des proverbes de bon sens qui nous font réfléchir un peu. Pourquoi ne pas publier aussi de petits messages pour inviter les gens à plus d’humanité : « Avez-vous dit bonjour à votre voisin de métro ? » « Dire merci 5 fois par jour est bon pour la santé » « Un sourire peut changer une vie »… Je suis sûre que des petites phrases parsemées dans le métro incitant à plus de liens auraient un effet bénéfique sur la société. Je n’irai pas jusqu’à dire des phrases de l’Evangile ou du livre des proverbes mais arrêter de parler d’amour perdu pour parler d’amour trouvé. Allo la RATP ?

Sylvie

2 réflexions au sujet de « Réflexion underground »

  1. Chère Sylvie, je partage tout à fait ton analyse. Cela fait bien des années que ces trucs m'énervent régulièrement. Dieu merci, je ne prends le métro que 8 fois par semaine maxi, soit 4 aller/retours, en tout et pour tout. :-) Maintenant, vu de province, le métro me semble une caricature.
    Quant à faire de temps en temps figurer des citations sur Dieu dans ces espaces pour équilibrer un peu leur déprime, ça serait non seulement très LSD mais aussi très Jésus prem's ! :-)
    Bises JB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *