Archives du mot-clé Europe

Territoires déformés

La même chose versio audio sur Radio Notre Dame

Première chose par rapport à cette réforme, quelle en est la raison ? A priori simplifier l'appareil administratif de la France et limiter la dépense publique. OK. Mais elle a surtout pour objectif de constituer des régions fortes, compétitives en Europe. Donc la raison d'une telle réforme est essentiellement économique, l'humain n'y a aucune place. Je trouve particulièrement paradoxal que cette annonce du Président se fasse quelques semaines après les Européennes, où une méfiance vis-à-vis de l'Europe a été exprimée. Beaucoup ne veulent pas d'une Europe uniquement fondée sur l'économie. Si l'on veut construire l'Europe, il faut arrêter de la réduire à un marché économique et enfin bâtir un projet avec les hommes qui la composent. Les hommes, cela signifie une culture, des racines, une histoire, un projet de société.

Plus qu'un problème de timing

Donc au moment où l'on sent le projet européen flageoler sur ses deux pieds – si tant est qu'il en est – eh bien l'on trouve le moyen d'en rajouter une couche. On entend à longueur de journée qu'il n'y a plus de repère, plus de valeurs, que la famille va mal, qu'il n'y a plus de respect des religions, plus rien qui puisse nous structurer un peu… La seule chose qui peut nous rester, c'est notre identité territoriale. La terre d'où l'on vient ou sur laquelle on a grandi. Je peux vous dire que lorsque l'on soutient l'USAP, le club de rugby de Perpignan, on ne soutient pas celui de Montpellier pourtant dans la même région. Eh bien, ce dernier repère, cette dernière petite accroche, le Président décide de nous l'enlever. On a bien vu avec les plaques d'immatriculation, le tôle que cela a soulevé pour garder son numéro de département ! Avec les super régions, et à terme sans doute la disparition des départements, des territoires dont l'histoire, la culture, la gastronomie, le patrimoine, les paysages n'ont rien avoir vont se retrouver dans un destin commun. Je prends par exemple le cas du Bourbonnais, (là d'où je viens) qui administrativement se trouve en Auvergne – mais qui a peu de point commun avec le pays des volcans – qui va se retrouver totalement pommé en Rhone-Alpes et dépendre de Lyon. On imagine bien que les périphéries de ces super régions vont être les laissées pour compte de cette réforme, qui à nouveau va abandonner les plus petits sur le bord du chemin.

Quelle solution ?

Je crois que le Président se trompe totalement de stratégie en voulant faire cette réforme. Il me semble que c'est en renforçant le local que notre pays pourra s'en sortir. En mettant l'homme et la culture au centre. Et quand on est fier de ses racines, on peut ensuite s'ouvrir aux autres et faire partager sa culture et sa richesse à ses voisins, y compris Européens. Lorsque on aime son territoire, on a envie d'y rester et pourquoi pas d'y créer son entreprise, d'être innovant, de relancer de l'artisanat, de faire du bio…
On ne peut pas construire la France, construire l'Europe sans les hommes et uniquement sur l'argent. Sans les consulter sur leur avenir sans leur demander leur avis. Donc il y urgence d'un référendum, pour que l'appareil administratif et économique reste au service des Français, et non le contraire.

Sylvie

Photo : Twitter @SabEnBzh

Arabe et chrétien

Avez-vous déjà assisté à une Messe en arabe ? Pour un Occidental normalement constitué cette question peut paraître antinomique car il est d’usage d’associer Arabe à musulman, actualité oblige (?). J’ai parfois entendu des personnes affirmer que l’Europe était le berceau du christianisme. Pardon, vous pouvez répéter ? Il me semble qu’il y ait légère méprise géographique à moins que Jérusalem ne se trouve maintenant sur le Vieux Contient… Si notre Europe peut bel et bien revendiquer des racines chrétiennes (trouvez-moi un historien qui dise le contraire) il ne faut cependant pas oublier que les premières terres christianisées furent celles du Proche-Orient. Il est dommage de ne pas s’en souvenir et d’oublier du coup, qu’il y a – encore – des chrétiens dans cette région.
C’est pour rappeler leur existence, leur permettre d’évoquer leurs difficultés et surtout pour qu’ils vivent une plus intense communion que Benoît XVI a convoqué le Synode des chrétiens du Moyen-Orient, qui s’achève aujourd'hui 24 octobre 2010.
Lorsque j’ai découvert les Arabes chrétiens, grâce à des amis libanais, ce fut une grande joie. C’était comme toucher de près les origines du christianisme. Mais cette foi est actuellement « en danger », car dans de nombreux pays du monde arabe, on ne peut pas pratiquer librement la religion chrétienne, sur le lieu même où elle est née et s'est diffusée. Discriminations, persécutions, restrictions de circulation… Paradoxe d’une histoire compliquée qui engendre l’exode de nombreux d’entre eux. Que des hommes, des femmes et des enfants souffrent et meurent à quelques milliers de kilomètres de chez nous ne semble pas nous déranger outre mesure, nous avons d'autres chats à fouetter, à commencer par la réforme des retraites. Cependant la place de cette communauté ancestrale est fondamentale pour l’équilibre du Moyen-Orient, ce sont les musulmans eux-mêmes qui le disent. Quel meilleur trait d’union que ces arabes à la croisée de l’Islam et du judaïsme ? Ne serait-il pas nécessaire que les structures politiques de l’Occident prennent la mesure de l’ampleur de la situation et du rôle de médiation que peuvent jouer les chrétiens dans les conflits de cette région ? Ne sont-ils pas les instruments de paix qui manquent tant en Israël-Palestine ? Ne peut-on pas les aider à retrouver une dignité et une liberté de culte ? J’espère que ce Synode portera des fruits, et que nous prendrons conscience en Occident que nous avons des frères en Orient et que l'on peut faire autre chose que se croiser les bras… Inch'Allah.

Sylvie

Pour en savoir plus : L'Oeuvre d'Orient, Journal La Croix